Retour à la programmation

ALÉAS : Échos et reflets des éolithes​ | Cléo Palacio-Quintin

Exposition en vitrine

3 novembre – 22 décembre 2023

Vernissage

Vendredi 3 novembre de 17h à 19h

ALÉAS : Échos et reflets des éolithes​ | Cléo Palacio-Quintin

Pour sa dernière exposition en vitrine de 2023, TOPO annonce une œuvre toute en poésie qui donne une voix à des roches choisies ou imaginées par Cléo-Palacio Quintin. Lors du lancement, le vendredi 3 novembre, on invite le Quatuor Bozzini, qui a réalisé la musique du projet, afin d’interpréter la voix musicale de quelques roches, choisies par le public. Le poète Thierry Dimanche, qui signe les extraits poétiques de l’œuvre, récitera à son tour certains de ses textes.

ALÉAS est un cycle de créations transdisciplinaires combinant les musiques et images (dessins, collages, objets, photographies, vidéos) de Cléo Palacio-Quintin à la poésie de Thierry Dimanche. Les variations sur la matière exposées dans cet objet kaléidoscopique contribuent à brouiller les frontières entre réalité, illusion et imaginaire.

Les éolithes (ou pierres de l’aube) sont des fragments de silex insolites qu’on situe dans la couche géologique de l’ère tertiaire. Lors de leur découverte en 1867, l’impression qu’ils avaient été façonnés par des retouches manuelles a laissé croire qu’il s’agissait d’outils primitifs utilisés par l’humain (qui serait alors apparu il y a plus de 5 millions d’années !) Le doute et les discussions ont persisté longtemps parmi les anthropologues et les géologues, jusqu’à ce que l’on confirme qu’ils sont bel et bien le produit de phénomènes naturels.

L’installation permet d’explorer un monde imaginaire, dans lequel se trouve une panoplie d’éolithes, tels que Cléo les a créés ou choisis. Chacun de ces objets laisse entendre sa voix poétique et sa musique interprétée par le Quatuor Bozzini.

Cette installation s’inscrit dans le processus de développement d’une application pour tablette composée d’une douzaine de scènes musicales et poétiques interactives, dont Échos et reflets des éolithes fait partie.

L’artiste remercie les conseils des arts du Québec et du Canada pour leur soutien ainsi que TOPO qui appuie le développement de l’application.

 

Crédit photo :
Michael Slobodian
 

Quatuor Bozzini

Depuis 1999, le Quatuor Bozzini est une voix originale à la défense des musiques nouvelles, expérimentales et classiques. Moteur de la scène hyper créative de Montréal et au-delà, le quatuor cultive une approche qui fait la part belle au risque, à l’expérimentation et la collaboration, et s’aventure hors des sentiers battus. Par leurs critères de qualité rigoureux, ils ont contribué à la création d’un répertoire diversifié qui fait fi des tendances et des modes. Au fil des ans, ils ont commandé plus de 400 pièces et en ont créé près de 500. Leur approche ouverte, collaborative et dirigée par des artistes a permis la réalisation de nombreuses productions innovantes et très appréciées, y compris des projets interdisciplinaires avec la vidéo, le théâtre et la danse.

Crédit photo :
Rico Michel
 

Thierry Dimanche

Formé en philosophie et en littérature, Thierry Dimanche a écrit plusieurs livres de poésie depuis 2002. Tour à tour critique, directeur littéraire et professeur, il s’implique dans diverses manifestations littéraires hybrides, souvent dans un contexte musical. En 2008-2010, il participe au projet VSUP (Veuillez signaler un poème), une collaboration entre cinq écrivains et cinq compositeurs contemporains. Il apparaît sur les compilations de poésie sonore VQQV et Des monstres dans la gorge (Actuelle CD), puis fait partie du collectif poésie-métal POMME (2012-2014). En 2015, son livre Le milieu de partout (éd. Prise de parole) est récompensé par le Prix Champlain. Avec le compositeur Robert Lemay, il travaille entre autres à Deux mille mètres sous terre, qui donne lieu à un enregistrement réalisé dans l’observatoire de particules souterrain de Sudbury. Il publie en 2019 le roman mycologique Cercles de feu (éd. le Quartanier), puis, en 2022, une paradoxale autobiographie posthume intitulée Tombeau de Claude Gauvreau (éd. Leméac).

Cléo Palacio-Quintin

Artiste transdisciplinaire avide de création, la flûtiste-improvisatrice-compositrice Cléo Palacio-Quintin (1971) participe à de nombreuses premières et performances multidisciplinaires, et compose des musiques instrumentales et électroacoustiques pour différents ensembles et œuvres médiatiques. Ses hyper-flûtes, qu’elle développe depuis 1999, lui permettent de composer des paysages visuels et électroacoustiques interactifs, avec une approche incarnée des technologies de capteurs électroniques. En plus de son travail de création, elle se produit régulièrement comme soliste et improvisatrice, notamment avec l’Ensemble SuperMusique et le duo Beta Lyræ. Au fil des ans, ses œuvres ont été interprétées par elle-même ou par divers ensembles dans plusieurs pays : Angleterre, Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse. Elle est la première femme à obtenir un Doctorat en composition électroacoustique de l’Université de Montréal (2012) et est une collaboratrice du Centre interdisciplinaire de recherche en musique, média et technologies (CIRMMT), où elle recevait en 2008 le Director’s Interdisciplinary Excellence Prize en reconnaissance de son travail qui crée des liens novateurs entre les domaines scientifique, technologique et artistique. Combinant sons, images et poésie, ses œuvres créent des écosystèmes immersifs sensibles, qu’elle invite les auditeurs à découvrir.

Retour en images