Larpenteur - Bleu Diode
Retour à la programmation

L’Arpenteur | Bleu Diode

Exposition en vitrine

9 septembre – 29 octobre 2022

Vernissage

Jeudi 8 septembre de 17h à 19h

Performance anniversaire

Lundi 10 octobre 2022

Fluidité

Cette œuvre faisait partie de la programmation thématique Fluidité.
En savoir plus

L’Arpenteur | Bleu Diode

Bleu diode est le duo d’artistes multimédia formé par Isabelle Gagné et Sven dans la continuité du Mouvement Art Mobile (MAM). Bleu diode conçoit des dispositifs qui intègrent l’art du remix comme élément d’intrusion perturbateur, où le facteur humain agit en algorithme imprévu dans un environnement toujours plus automatisé.

Jean-Yves Fréchette

Jean-Yves Fréchette vit à Québec et se joint au milieu de la performance au début des années ‘80. Membre du collectif Inter/Le Lieu, il a participé à de grands projets artistiques dont Territoires nomades. Fondateur de la Centrale textuelle de Saint-Ubald, il a notamment réalisé Physitexte (performance d’édition), Agrotexte (Land Art textuel), Le lieu-dit le lieu (manœuvre textuelle d’écriture technique) et Le party textuel (manœuvre-réseau d’écriture collective). Il a cofondé l’Institut de twittérature comparée de Québec-Bordeaux et conçu des logiciels éducatifs, notamment LogiTexte, Scriptor et Twittexte.
Isabelle Gagné est une artiste multimédia qui vit et travaille à Mirabel. Dans sa pratique, elle utilise principalement le geste photographique et divers langages numériques. Au Canada comme à l’étranger, son travail a fait l’objet d’importantes expositions individuelles et collectives, notamment dans le cadre du Mois de la Photo de Montréal (Momenta), aux Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie, chez Sporobole dans le cadre d’Espace [IM] Média et à la Chaire de recherche du Canada sur les Arts et les Littératures Numériques ainsi que chez ADA-X avec Les Courants. Elle a réalisé plusieurs résidences d’artistes, rédigé des essais pour des publications artistiques et photographiques, ses œuvres figurent au sein de plusieurs collections privées et dans la politique d’intégration des arts à l’architecture du MCCQ. Elle est activement impliquée dans le milieu culturel, des arts et du numérique, entre autres comme Wikimédienne en résidence pour les régions des Laurentides,Lanaudière et Laval. Pionnière de l’art mobile, elle fut également cofondatrice du Mouvement d’art Mobile (MAM).

Crédit photo :
Luc Girouard
 

Stefan Buridans, alias Sven, est un artiste multimédia qui vit et travaille à Montréal depuis 2007. Diplômé d’études supérieures en cinématographie (ESEC, Paris), il porte un intérêt particulier à l’empreinte visuelle laissée sur notre mémoire collective. Ses recherches en art numérique sont le fruit d’expériences professionnelles en audiovisuel et invitent le spectateur à traverser l’espace indéfini entre la perception et l’interprétation d’une image. Cofondateur et membre actif du Mouvement Art Mobile (MAM), Sven est initiateur d’événements dans l’espace public et numérique. Il intervient également dans les champs institutionnel et universitaire pour la promotion et la reconnaissance de la notion contemporaine de mobilité en art. Son premier solo Plongeons, un dispositif qui intègre la réalité augmentée, est actuellement en tournée dans les centres d’art et maisons de la culture du Québec.

Retour en images

Isabelle Gagné et Sven [Bleu diode] s’inspirent des travaux de l’artiste multidisciplinaire Jean-Yves Fréchette depuis 10 ans. Précurseur en art numérique, Fréchette inscrit ses recherches dans la pratique d’une écriture performative, à la rigueur mathématique, par l’accumulation de données et le défrichage de territoires d’expressions, qu’ils soient technologiques (twittérature) ou non (land art). Homme de lettres mais aussi de mesures et contraintes chiffrées, il se définit lui-même comme « géolocalisateur textuel ».

À partir des nombreuses archives récoltées ces dernières années, le duo Bleu diode, dont la démarche repose sur le patrimoine et la mémoire, ont jeté les bases de L’Arpenteur.

Cette œuvre hybride numérique, installative et performative explorait les travaux majeurs de Fréchette réalisés depuis le début des années 1980. Cette fluidité entre les univers artistiques de Bleu diode et de Jean-Yves Fréchette était représentée par les trois espaces occurrents que sont l’Internet, le lieu d’exposition du centre de création numérique TOPO à Montréal, ainsi que le quartier général de Fréchette à Saint-Ubalde, où un grand nombre de ses créations furent réalisées et documentées.

L’élément déclencheur de ce dispositif est le projet Agrotexte qui fêtait ses 40 ans en 2022. Jean-Yves Fréchette avait fait tracer par des tracteurs le poème aussi gigantesque que minimaliste « TEXTE TERRE TISSE » sur les terres agricoles de Saint-Ubalde. En septembre 2022, Fréchette devient L’Arpenteur et retournait sur les mêmes terres qu’en 1982 pour une performance d’écriture pédestre connectée, guidée d’indices envoyés par la poste à la manière de Plis sous pli (1983). Les données géolocalisées de ses marches en lettres cursives étaient extraites et reproduites dans une œuvre web inédite diffusée en temps réel dans la vitrine de TOPO.

L’espace d’exposition était une reconstitution théâtrale à petite échelle du milieu de vie de l’artiste et une cabine de diffusion multi-écrans. Bleu diode a proposé au visiteur de jeter un regard à distance sur la bulle intime de Fréchette ainsi que sur ce bout de territoire transformé par le développement urbain et la crise agricole. La vitrine était aussi un second espace performatif à Montréal où le duo intervenaitt pour y déplacer, ajouter ou supprimer des objets, suggérant le passage de L’Arpenteur dans la région de Portneuf.

Fréchette interroge le statut de l’art sociologique des années 1980 et réenclenche une dynamique de production textuelle qui s’inscrit sur une surface de plus de 1,6 km. Le texte est aujourd’hui dématérialisé et appartient à la logique de transmission du web et des GPS. Fréchette était présent dans le champ du texte à Saint-Ubalde pour y produire quotidiennement d’immenses textes par la marche. Ruralité, textualité, performance et land art, la démarche de Fréchette est à la fois festive et numérique : elle témoigne du plaisir d’écrire et de tracer des signes sur une surface.

Avec L’Arpenteur, Bleu diode a revisité plus largement les travaux phares de la Centrale textuelle de Saint-Ubalde pour restituer l’importance de l’œuvre de Jean-Yves Fréchette dans les pratiques non seulement littéraires, mais aussi performatives et numériques contemporaines.

Vous l’avez manqué ?

L’archive des performances de marche réalisées par Jean-Yves Fréchette entre le 9 septembre et le 29 octobre 2022 dans le cadre de cette exposition est visible à l’adresse topo.art/arpenteur.